Guilde militaire présente sur World of Warcraft, serveur Kirin Tor


    Mille yeux

    Partagez
    avatar
    Berra Adranthir

    Messages : 11
    Date d'inscription : 10/08/2017

    Mille yeux

    Message par Berra Adranthir le Sam 24 Fév - 22:41

    Je voyais la lumière d’un couchant d’été finissant dessiner les contours du monde autour de moi, sculpter chaque branche, chaque brin d’herbe, chaque feuille d’un liseré de couleur pure et embrasée, d’abord d’or, puis glissant vers le fauve, le pourpre, et puis un argent doux, à mesure que le soir égrenait ses heures.
    Chaque être vivant, conscient ou non, devait porter un amour similaire à cet astre dont nous partagions tous la même lumière, la même chaleur. Une affection profonde, étrange, peut-être même indissociable du fait d’être en vie sur cette terre. Un sentiment qui liait tout à tout.
    Mais jamais ce sentiment ne fut plus exacerbé qu’en Quel’thalas, où le Soleil devint notre emblème, notre espoir, notre renaissance. Il n’y a d’ailleurs qu’une seule et unique rue, à Lune-d’Argent, dont le tracé la prive de lumière solaire quelque soit l’heure ou la saison.
    Tous, nous pouvons lever les yeux vers le ciel clair pour y voir ce disque aveuglant qui couronne toujours nos têtes. Tous, nous réchauffons nos os à sa chaleur et espérons pouvoir, un jour, briller comme lui.


    L’éclat du zénith sur la terrasse était aveuglant. J’aimais m’y rendre pour baigner toute entière dans la lumière, la chaleur éclatant jusqu’aux os, réverbérée par les dalles lisses.

    «Père est rentré.»

    Sevastian, mon frère. Il y avait une certaine inquiétude esquissée dans son regard, mais c’était pourtant la lassitude que dépeignaient ses traits.

    «Il haranguait des chevaliers de sang.
    - Ils s’en sont pris à lui, cette fois ?
    - Un seul coup. Ca a suffi à le mettre à terre.» Un soupir lent a soulevé ses épaules, avant qu’elles ne retombent. «Ils finiront par se rendre compte qu’il n’a rien d’un prêtre.»

    C’était Père qui, le premier, nous avait poussés sur la voie de la Lumière. Dès lors que nous étions en âge de comprendre les histoires qu’il nous contait, il n’a plus dévié de cet unique thème. Il nous racontait que la rédemption était toujours possible si on s’offrait à la Lumière, à condition d’en assumer le juste châtiment, fût-il la mort. Je crois qu’il essayait, en nous offrant à elle, de faire amende honorable de ses torts passés et présents. Je crois qu’il avait peur de s’offrir lui-même.

    «Qu’avait-il pris ?
    - Il a refusé de me donner la liste. Il a encore parlé de... de Mère.»

    Son regard s’est fait rêveur, lointain, alors que je regagnais l’ombre fraîche de la chambre. Je voyais bien qu’il avait encore cet espoir boiteux, enfantin, de la retrouver un jour, cette Mère que nous n’avions jamais connue, et dont le seul portrait que nous pouvions obtenir dépendait des humeurs d’un elfe à la dérive.

    «Il a dit qu’il la haïssait.»

      La date/heure actuelle est Mer 19 Sep - 11:22