Guilde militaire présente sur World of Warcraft, serveur Kirin Tor


    Présentation de la guilde

    Partagez
    avatar
    Conclave
    Admin

    Messages : 35
    Date d'inscription : 10/05/2017

    Présentation de la guilde

    Message par Conclave le Mar 16 Mai - 2:03





    La Phalange d'Albâtre est un groupe armé créé sur l'initiative d'une assemblée comportant anciens ecclésiastiques, militaires et riches notables. Leur objectif était de promouvoir leurs convictions politiques et religieuses, mais également de se doter d'une force militaire capable d'aller accomplir leur volonté loin à l'étranger en combattant les impies et ceux qu'ils considèrent comme des barbares.

    Financée par des investisseurs privés et dirigée par un Conclave, la Phalange est la résultante de cette volonté. Fer de lance de l'Ordre dont elle dépend, elle n'est cependant pas une simple milice de tueurs bien payés. En effet et depuis sa fondation, des valeurs chevaleresques empruntes d'honneur et de discipline sont mises en exergue par ceux qui la dirigent.

    Appliquant une politique très ferme basée sur des valeurs propres à la lumière mais sensiblement différentes de celles prônées par d'autres organismes tels que l'église de la lumière, la Phalange est intransigeante quant aux notions d'honneur et de pureté. Chaque homme et femme portant le tabard immaculé de l'Ordre prête serment de fidélité au conclave et ses principes, et seuls les aspirants ayant fait leurs preuves sont autorisées à prêter le-dit serment.

    Malgré cette rigidité la Phalange se veut plutôt ouverte aux recrues potentielles. Ainsi aucune expérience militaire n'est véritablement requise pour devenir aspirant, la motivation et la volonté de s'adapter aux us et coutumes internes étant les principaux prérequis.








    Les fondateurs de la Phalange sont tous des partisans convaincus de l'Alliance. Les raisons les ayant motivés à créer un groupe relativement indépendant de cette dernière sont pourtant non négligeables.
    La pureté est une notion primordiale pour le Conclave, et il ne la prend pas à la légère. Il existe selon lui un certain nombre d'êtres impies en ce monde, et le simple fait de les tolérer est un affront fait à la très sainte.
    L'Ordre respectera les lois en vigueur sur le territoire de l'Alliance par respect envers cette dernière. En revanche il n'hésitera pas à appliquer ses propres codes et règles en territoire contesté. Sorciers corrompus, non-morts, chasseurs de démons ou autres orcs et trolls ne seront pas bien accueillis, voir seront abattus à vue s'ils croisent une escouade de la Phalange à l'étranger.

    L'Honneur est le second principe fondamental pour le Conclave, et tous ceux qui prêtent serment en quittant le grade d'Aspirant s'y astreignent. Pour ces raison l'Ordre n'emploie pas d'assassins, et répugne à utiliser des tactiques lâches au combat.
    La couardise et la malhonnêteté sont évidemment des défauts particulièrement mal vus au sein de l'Ordre et les parjures font sans doute partie des personnes les plus méprisées par la Phalange. Un soldat trahissant le Conclave sera traité avec une extrême sévérité, une condamnation à mort pure et simple étant le tarif normal dans ce genre de cas.













    Le Conclave est l'autorité suprême au sein de l'Ordre. Assemblée composée de six membres, il est à l'origine de toute les règles qui régissent la vie au sein de l'Ordre. Qu'il s'agisse de la doctrine religieuse officielle, des serments sacrés liant les soldats à l'Ordre, la désignations des officiers ou encore les relations avec les investisseurs finançant l'Ordre.
    Traditionnellement et depuis sa fondation le Conclave est formé de deux militaires, deux religieux, et des représentants des deux principaux investisseurs de l'Ordre. Malgré son rôle prédominant au sein de l'Ordre, le Conclave est en général assez distant avec ce dernier, ne fréquentant que peu voir pas du tout les troupes. Seuls deux conseillers prennent une part importante dans la vie quotidienne de la Phalange : le Commandant et le Primat, tous deux désignés par l'assemblée pour se charger respectivement des affaires militaires et religieuses.



    Placé au sommet de la hiérarchie militaire de l'Ordre par le Conclave dont il est membre, le commandant est responsable de la préparation de chaque campagne, mais aussi de la logistique et du budget alloué à chaque chose. Rarement présent sur le terrain, il est passe la majorité de son temps au quartier-général de la Phalange, prit par son devoir de représentant de l'Ordre, supervisant la progression des troupes à l'étranger, gérant l'envoi de renforts et de matériel et donnant des directives à ses capitaines sur le terrain.
    Stratège et organisateur hors-pair avant tout, il a sans doute été un combattant et un leader motivant par le passé mais n'est plus véritablement prisé pour ces compétences ci et n'est pas aussi proche de ses hommes qu'un capitaine, agissant surtout en grand manitou de la machine de guerre de l'Ordre, présent et respecté, mais pas toujours très populaire.



    Le Primat est le second membre du Conclave à être désigné pour encadrer l'Ordre directement, et est en charge des affaires religieuses au sein de ce dernier. Homologue direct du Commandant, il possède néanmoins un rôle bien différent de ce dernier.
    La différence majeure est que le Primat se doit d'accompagner les troupes directement sur le terrain. En effet il agit en premier lieu comme le porte-parole du Conclave, ses yeux et ses oreilles. Veillant à ce que nul ne remette en question les directives du quartier-général, il est également là pour s'assurer que la corruption et l'hérésie ne gagne pas les rangs de l'Ordre.
    Cependant son rôle ne se limite pas à celui d'inspecteur du Conclave. Le Primat est également le leader spirituel et l'Ordre, et supervise les actions des prêtres auprès des soldats. Conseiller avisé, il aide également les officiers à prendre les bonnes décisions et à garder espoir face à l'échec, et la foi face aux ténèbres.
    Éminence grise sévère et juste, le Primat est tantôt populaire tantôt craint par les soldats de l'Ordre.



    Avec le commandant souvent occupé à superviser les opérations depuis le quartier-général, il faut quelqu'un pour diriger la Phalange directement sur le terrain. Le Chevalier-capitaine est cette personne. Militaire expérimenté ayant la faveur du Conclave, le capitaine est avant tout un tacticien et un meneur. Destiné à entraîner ses troupes derrière lui dans n'importe quel théâtre d'opération, il doit réussir à la foi à satisfaire les exigences du conclave, remplir les objectifs fixés par son commandant, et s’acquitter de ces devoirs en gardant ses hommes en vie.
    De lourdes responsabilités et une tâche complexe qui ne se voient confiées qu'à des hommes et femmes d'exception et de confiance. Le capitaine peut compter sur ses subordonnés pour l'aider à mener la mission à bien, et dans une certaine mesure sur le Primat, lorsque celui ci n'a rien à lui reprocher.
    Anoblis par le Conclave lors de leur désignations et fait chevaliers de l'Ordre. Les capitaines sont aussi systématiquement des paladins, l'Ordre se refusant à voir autre chose que ces guerriers sacrés diriger des troupes en campagne.



    Un capitaine ayant beau être un officier très compétent, il ne peut évidemment pas tout faire seul. Un chevalier-lieutenant est un officier intermédiaire dont le devoir consiste surtout à assister son supérieur et encadrer les sous-officiers.
    Combattant et tacticien hors-pair, il est très souvent celui qui mène les hommes directement sur le champ de bataille lors des opérations importantes, le capitaine ne pouvant pas être partout. Ne subissant pas une pression similaire à celle d'une capitaine de la part du Conclave, et n'ayant pas la position délicate et parfois ingrate d'un sergent, le Lieutenant a souvent le rôle le plus facile à supporter parmi les officiers.
    Tout comme les capitaines, les Lieutenants sont fait chevaliers lors de leur désignation, et sont systématiquement des paladins pour les mêmes raisons.



    Une campagne militaire comporte nombre de batailles cruciales, d'assauts risqués et de mouvements audacieux. Mais aussi un nombre incalculable de missions plus communes et secondaires, et néanmoins importantes. Déployer un officier pour chacune de ces opérations secondaires serait fastidieux. C'est là qu'interviennent les sergents.
    Anciens soldats expérimentés et souvent proches de leurs hommes, ils sont là pour encadrer et former la masse que constitue l'infanterie, mais aussi faire le lien entre ces derniers et le commandement.
    A la fois meneur d'homme, tacticien occasionnel, combattant expérimenté et instructeur autoritaire, le sergent a un rôle très particulier qui lui demande d'être très polyvalent.



    Membres du clergé de l'ordre, les prêtres sont placés sous l'autorité du Primat. Là où ce dernier se charge d’œuvrer pour le conclave et de surveiller et assister les officiers, les prêtres portent leur attention du coté des troupes ordinaires. Ayant moins d'autorité que leur supérieur et n'étant pas destinés à inspecter le comportement des hommes, leur première tâche est de soutenir le moral de ces derniers tout en apportant leur guidance dans les moments difficile.
    Véritable lumière de chaque instant pour un groupe de soldats en campagne, le prêtre trouve également son utilité dans les soins à apporter aux blessés.
    Enfin, certains prêtres aptes à opérer sur le terrain soutiennent les troupes au combat en refermant les plaies des braves et en bannissant les forces des ténèbres par la lumière purificatrice.



    Chaque gardien servant dans la Phalange d'Albâtre prête un serment qui lui confère des droits et des devoirs au sein de l'Ordre. Ce serment vise à permettre à ces derniers d'atteindre un idéal basé sur l'honneur, le courage et la piété.
    Les Templiers sont une caste à part en cela qu'il s'agit d'anciens gardiens ayant accepté de porter plus loin encore ces engagements. Très peu nombreux, ils ne sont choisi que par le conclave lui-même, sur proposition du commandant. Pour se voir intronisé, le templier doit prêter un nouveau serment qui lui est spécifique.
    Un Templier accepte ainsi de renoncer à toute forme de progression hiérarchique, mais aussi toute forme de rang social quel qu'il soit. Un templier fait également vœu d'abstinence et de célibat. Il n'aura jamais de terres, de titre, de femmes, ou d'enfants.
    En prêtant ce serment le Templier devient le bras armé de la foi et de l'Ordre et ce jusqu'à ce qu'il tombe au combat et rejoigne la lumière. Ils sont également les meilleurs combattants que compte l'Ordre, et ont accès au meilleur équipement, en plus d'être considéré comme des héros vivants par le reste des hommes.
    Un Templier est donc un exemple pour ses pairs, mais aussi la vitrine de toute les valeurs que l'Ordre cherche à promouvoir pour l'extérieur.



    Chaque homme et femme qui s'engage dans la Phalange le fait pour des raisons personnelles très variées. Peu importe ces raisons, lorsqu'un de ces aspirants arrive au rang de Gardien, c'est qu'il s'est adapté au moins un minimum au moule que le Conclave fait en sorte d'imposer aux militaires qui le servent.
    Épine dorsale de la Phalange, le gardien est le statut de base. C'est à partir de ce dernier que l'on peut se considérer comme faisant partie intégrante de l'Ordre.
    Un Gardien, lors de son intronisation, prête serment. Quoique le serment en question ne soit pas aussi définitif et strict que celui que prêtent les templiers, il comporte un certain nombre d'engagements tournant tous autour des valeurs de l'Ordre : Honneur, courage, piété.
    Combattants compétents, correctement équipés et surtout infiniment motivés, les gardiens ont tous leur profil et leurs raisons d'être ici, mais ont tous en commun d'être là pour servir la lumière et le Conclave l'arme au poing sur tous les théâtres où on les enverra



    Quoique n'appréciant pas beaucoup les arcanistes, le Conclave reconnaît leur utilité incomparable sur le terrain. Ainsi ces derniers se voient autorisés à combattre pour l'Ordre.
    Cependant le Conclave refuse catégoriquement de voir une telle personne prêter serment, ce qui condamne les mages servant aux cotés de l'Ordre à un statut d'auxiliaire légèrement à part.
    Ce statut peut également se voir attribuer à des ingénieurs ou autres spécialistes utiles mais ne correspondant pas à ce que l'Ordre attend d'un véritable gardien. Ces derniers passeront alors du statut d'aspirant à celui de soutien, comme preuve de la confiance que le commandement militaire place dans leurs capacités, sans que le Conclave leur accorde véritablement la même valeur qu'à un gardien conventionnel.



    Toute personne, quelle qu'elle soit, lorsqu'elle souhaite rejoindre l'Ordre, doit passer par la case « Aspirant ». Semblable en de nombreux points au grade de recrue que l'on peut retrouver dans une foule d'autres organisations, un aspirant est un futur gardien qui doit encore faire ses preuves.
    Cependant prouver sa valeur au combat et sa capacité d’obéissance n'est pas suffisant pour se voir autorisé à prêter serment et devenir gardien. La doctrine imposée par le conclave est également un paramètre crucial, et un aspirant doit également prouver qu'il a une bonne compréhension des principes que suivent ses pairs avant d'être autorisé à accéder au rang supérieur.
    Un aspirant ne fait donc pas véritablement partie de l'ordre en tant que tel, et il est fréquent qu'il ne prête pas serment avant un certain temps s'il peine à s'adapter aux pratiques en cours au sein de la Phalange.
    Ainsi un aspirant dont les compétences sur le terrain semblent suffisantes pour ses supérieurs militaire, mais qui ne convient pas au Primat en charge, peut stagner à cette étape pendant quelques temps.









    Le recrutement au sein de l'Ordre se fait par candidature écrite adressée au corps recruteur, situé au Quartier-Général de l'Ordre en Elwynn.
    Etre accepté au rang d'Aspirant n'est pas un tour de force bien complexe en lui-même. L'Ordre est prêt à accepter à peu près n'importe quelle personne qui corresponde aux critères fixés par le Conclave, qu'il s'agisse d'un novice inexpérimenté ou d'un vétéran de guerre. Des criminels en quête de rédemption pourront même parfois être accepté dans des conditions particulière.
    Pour un candidat, la véritable mise à l'épreuve commence plus tard. Les Aspirants verront leur volonté et leur foi mise à l'épreuve pendant un temps allant d'un à plusieurs mois. Entrainement intensif au maniement des armes et habituation à la discipline de fer qui est de mise au combat seront au menu. Mais pas seulement. La Phalange d'Albâtre est un ordre militaire mais aussi religieux, et aucun Aspirant ne sera autorisé à prêter serment s'il ne connaît pas parfaitement la doctrine du Conclave en la matière.
    Enfin, cette étape passée, l'Aspirant se verra offrir la possibilité de prêter serment d'allégeance à l'Ordre et d'obtenir le statut de Gardien, le mettant sur un pied d'égalité avec ses nouveaux frères et sœurs d'arme, tout en lui permettant de continuer peut-être à progresser dans la hiérarchie de l'Ordre.

    S'engager au sein de l'Ordre n'est en tous les cas pas une chose qui se fait à la légère et l'engagement d'un Aspirant devra être total s'il veux espérer satisfaire ses supérieurs.



    Information HRP :


    La Guilde présentée plus haut est, vous l'aurez compris, un projet assez précis et strict, au moins IRP. Le recrutement est ouvert et devra se faire via le Forum de la guilde.
    Vous trouverez sur le forum en question le détail des conditions de recrutement, notamment les combinaisons de races et classes que nous serons susceptible d'accepter plus ou moins ouvertement.

    J'aimerais également insister sur le fait que si en rp la guilde se veux stricte et exigeante, nous ne sommes absolument pas réticents à accepter des personnages pas toujours droits dans leurs bottes ni "parfaits". Au contraire. Nous aurons notre lot de preux chevaliers sans peurs ni reproches et de jeunes personnes motivées et respectueuses, mais les recrues "imparfaites" et sortant davantage du cadre sont également ce qui donne vie à une guilde, et permet les évolutions les plus intéressantes et originales en RP.
    N'hésitez donc pas à postuler si votre personnage ne correspond pas à 100% à ce que le Conclave réclame IRP. Au contraire. Nous jouons peut-être des personnages intransigeants mais nous restons ouverts et accueillants en HRP.
    Les rolistes débutants seront, dans la même logique, acceptés pour peu qu'ils soient prêts à apprendre et progresser avec le groupe.

    Si vous souhaitez poser des questions sur la guilde directement, vous pouvez me contacter sur le forum pour directement en jeu (pseudo ig : Edgardawn), ou contacter Ruth via forum ou IG également (pseudo ig : Ruth)

    Je vous remercie d'avoir tout lu si vous avez fait l'effort d'arriver jusqu'ici.

      La date/heure actuelle est Jeu 21 Sep - 6:55