Guilde militaire présente sur World of Warcraft, serveur Kirin Tor


    Hors limite

    Partagez
    avatar
    Asrion Warvold

    Messages : 20
    Date d'inscription : 21/05/2017

    Hors limite

    Message par Asrion Warvold le Sam 2 Sep - 21:24

    «The Universe is made of stories, not of atoms.»  - Rukeyser

    «Une histoire, commença Asrion, doit naître et croître au fil du temps dans l’esprit de celui qui veut lui faire voir le jour. Elle doit lui venir du coeur, du fond des tripes, de l’inconscient - comme de multiples sources qui ruissellent pour former une unique rivière. C’est la seule façon de la rendre harmonieuse. Forcez-lui la main, essayez de la sortir de vous sous la contrainte, et vous n’arriverez qu’à obtenir des mots abscons, une histoire qui ne fait pas sens. C’est leur façon de se venger, car elles sont capricieuses envers ceux qui veulent aller trop vite. C’est un puzzle dont les pièces s’emboîtent d’elles-mêmes, quand le temps est venu.

    - Faire sens est donc le but d’une histoire ? ai-je demandé. Je préfère croire à un univers dénué de sens, de but, de finalité. Que tout arrive, non sans cause mais sans raison.

    - D’accord, a-t-il concédé après un temps de réflexion. Disons alors que l’esprit donne sens. L’esprit fait sens. Après tout, l’homme est ainsi fait. Et même une histoire aussi biscornue soit-elle, aussi absurde, voire volontairement dénuée de sens, trouvera dans l’esprit une raison d’être, une explication et sera comprise et assimilée. L’esprit réussirait à ordonner le chaos le plus pur.
    De la même façon, si vous ne lui donnez pas le temps qu’elle demande, et quand vient le moment, ne vous préoccupez de l’écrire, elle vous hantera jour et nuit, elle fera miroiter dans vos yeux une beauté que vous saurez ne jamais réussir à retrouver.
    L’histoire est votre maître et votre guide. Seul compte de la raconter.»



    Les événements relatés se sont produits en des âges si immémoriaux que notre échelle du temps ne nous permet pas de les quantifier. De la même manière, si de nombreuses approximations sont décelables dans le présent rapport, elles tiennent de l’ancienneté de leur propos, du manque de fiabilité de la mémoire et de la perte des cristaux de données les plus antiques.

    Fut un monde que l’on appela Nathreza. Les chasseurs de démon le décrivent comme un ensemble de roches infusées de magie, flottant à même le Néant, autour duquel orbitent un petit soleil - aussi improbable que cela puisse paraître, mais le Néant est friand de l’impossible - et un cortège de lunes. Ce monde, naturellement, est le lieu d’origine des Seigneurs de l’effroi, que l’on nomme, de fait, les Nathrezims. Parmi ce peuple s’éleva un seigneur Nathrezim, dont l’unique but était la conquête du savoir, et la maîtrise des formes les plus pures des chaos primordiaux. Il est probable qu’il parvint, en partie du moins, à parfaire la manipulation de ces énergies; ces recherches et leur aboutissement demeurent perdus, ce qui n’est pas à regretter.
    De tels pouvoirs suscitèrent la jalousie et la défiance; aussi Nathreza vit la naissance d’un conclave de trois seigneurs, dont les noms sont en partie oubliés - un seul nous est parvenu, et nous doutons encore qu’il n’ait pas été déformé par le temps : Devandras.
    Ces trois individus trahirent le premier, et parvinrent à le vaincre, par ruse et par traîtrise. Ici, la traduction ne fait état que d’un seul terme, qui ne paraît guère précis quant au sort du vaincu; tout ce que nous en avons obtenu est le terme suivant : l’ennemi a été «scellé.»

    Rapport sur les artefacts démoniques et les puissances du Chaos, première page, de la main d’Helinde Ormerune
    Kirin Tor

      La date/heure actuelle est Mar 19 Juin - 16:00